Septembre - Gestion de la diversité culturelle dans l’intervention sociale

En septembre, s’achève la formation réalisée auprès de l’Association Loisirs et Formations (ALEF) qui intervient dans le champ de l’accompagnement et de l’insertion professionnelle. L’occasion de mettre en avant une action aux multiples enjeux, à la fois formation de formateurs et outil pour une meilleure intégration des populations.

Une adaptation aux exigences socioculturelles du terrain

Au cours de cette formation organisée sur 4 jours, l’intervention de l’ADRIC vise à qualifier les salarié/es de l’ALEF, parmi lesquels des formateurs, des conseillers en insertion professionnelle et des psychologues.

Comme tous les intervenants et acteurs sociaux œuvrant dans l’accompagnement des publics, les salarié/es de l’ALEF sont confronté/es dans leurs missions à la diversité socioculturelle des usagers/es et notamment à celle des publics issus des immigrations. La prise en compte de cette diversité socioculturelle répond à la nécessaire adaptation du service à l’usager et à l’exigence de résultat.

Pour cela la formation articule les apports de connaissances théoriques sur les réalités migratoires et les différents aspects du processus d’intégration, à l’analyse des situations problématiques rencontrées par les salarié/es. Cette articulation permet d’améliorer les pratiques professionnelles et plus globalement de favoriser l’accès à l’égalité des chances pour toutes et tous.

Une optimisation du processus d'intégration des populations étrangères

L’apprentissage de la langue, de même que l’insertion professionnelle sont des critères majeurs du processus d’intégration des populations étrangères.

Les salarié/es formateurs de l’ALEF qui interviennent dans l’apprentissage du français langue étrangère (FLE), ou encore les conseiller/es en insertion professionnelle, participent à ce processus et se doivent de prendre en compte cette dimension.

La formation de l’ADRIC leur apporte des compétences interculturelles, personnelles et professionnelles spécifiques, mais aussi des compétences partenariales, nécessaires pour optimiser l’intégration des populations immigrées.