Août - L’ADRIC profite de la trêve estivale pour capitaliser ses "recherches-formations-actions" dans le domaine des droits des femmes et de la laïcité

La démarche de la "recherche-formation-action" articule la recherche à la formation pour accompagner les actrices et les acteurs dans la capitalisation de leurs pratiques et optimiser leur action. Il s’agit de la mise en œuvre d’un processus d’accompagnement formatif devant aboutir à la création d’outils transférables pour répondre aux besoins de l’action dans les champs concernés.

Avec le soutien financier de la Direction des populations et des migrations (DPM) et le Conseil régional d’Ile-de-France, l’ADRIC a lancé en 2007 deux importantes "recherches-formations-actions" :

1. Optimiser le rôle des associations féminines et féministes dans la promotion de la citoyenneté des femmes issues de l’immigration

Ce projet veut capitaliser les expériences des associations œuvrant dans le champ de l’égalité des sexes pour optimiser leur rôle dans la promotion des femmes issues de l’immigration comme actrices de la citoyenneté locale.

Pour cela, un accompagnement formatif a été mis en place par l’ADRIC entre décembre 2006 et juin 2007 auprès de 11 associations :

  - l’ASFAD (Association de solidarité avec les femmes algériennes démocrates),
  - le CIDFF 77 (Centre d’information des droits des femmes et des familles 77),
  - la Cimade,
  - les Femmes Relais 20e,
  - la FNSF (Fédération nationale solidarité femmes),
  - le GAMS (Groupe pour l’abolition des mutilations sexuelles),
  - la LFID (Ligue des femmes iraniennes pour la démocratie),
  - la Maison des femmes d’Asnières,
  - le MFPF 75 (Mouvement français pour le planning familial 75),
  - le RAJFIRE (Réseau pour l’autonomie des femmes immigrées et réfugiées),
  - Voix de Femmes.

Le mois d’août sera en partie consacré à capitaliser les échanges de ces 7 mois d’accompagnement formatif, avant l’organisation de deux séminaires élargis à toute association intéressée par ce projet et par la réflexion sur les différentes pratiques d’accueil des femmes étrangères, immigrées ou issues des immigrations.

2. Pour une laïcité vivante : les enjeux du dialogue interculturel

Ce deuxième projet s’appuie également sur un accompagnement formatif auprès de divers acteurs et actrices (politiques, institutionnel/les, associatifs et sociaux), et vise à sensibiliser et qualifier ces dernier/es pour leur permettre d’actualiser leur connaissance de la laïcité en tant que valeur d’action pour un meilleur développement humain, social et culturel.

En août, nous consoliderons la première phase de ce projet qui consiste en la construction d’un état des lieux synthétique basé sur les données issues des expériences de l’ADRIC, dont des actions de sensibilisation et de formation réalisées auprès d’actrices et d’acteurs institutionnel/les et associatifs.

Ce travail s’intéressera aux axes suivants :

- les situations problématiques rencontrées par les actrices et acteurs de terrain et qui cristallisent les rapports "cultes/cultures/laïcité" ;

- les questionnements théoriques et pratiques des actrices et acteurs locaux, des agent/es institutionnel/les, et de la société civile par rapport à ces situations ;

- les différentes logiques et positionnements exprimés par les divers acteurs et actrices en matière d’analyse de ces situations et de modalité d’action sur ces dernières.